Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 21:36

Voici une traduction qu'on m'a demandé. J'ai apprécié le faire, bien qu'elle soit plutôt longue. Mais j'ai grâce à ceci découvert une superbe chanson très intense. Je recommande.



激声
作詞:ガラ
作曲:メリー

夜の帰り道 眠らない信号機(シグナル)か街を彩って 一人真夜中パレード
雨男 降りしきる不安はファンファーレ

哀しすぎるから笑うしかないのです。 期待するほど退屈でしょうがない。
雨女 夢を見て憧れてあきらめて…

夜明けを待っている 虚しく一人きりで…

雨の詩を聴きながら 悩みの中を歩く
微かな願い儚く 届くことを知らない
「誰か傘を貸して下さい。」 雨に風に飛ばされぬように
今夜は誰の為に泣くの空? 冷たい線路を歩く 見知らぬ街まで…

人は枯れ葉のよう 静かにそっと消えてゆく
儚く無力な素晴らしき明日が笑う…

飴売り娘気取るハイソ 鏡の中に映るシークレット サナギのままのハート
誰もいないダンスホール 泣き虫照らすナイトライト
あかさたな はみ出した 退廃ジャズ ブルーな音色

「Oh I don't know」 愛の濃度なんて
実際計ったことないし見たこともないから
雨は人を孤立させやすい 待ってても誰も来やしないから

サイレントキラー 手錠をかけて サイレントキラー 堕落の症状
サイレントキラー 爪を立てて サイレントキラー アバンギャルド

Distraction Distraction

頭の中はスキャンダラス ボクが叫んでも世界は変わらない
sick シクシクシク
変態 狂気 脳天爆裂 お前は嘘つき 欲望の紳士
飢えた餓鬼は 革命の花 飢えた餓鬼は 革命の花

錯覚さえも見続けていると いつかそれが現実になる。
錯覚さえも見続けていると いつかきっと現実になる。

「DECONTROL」 CONTROL 「DECONTROL」 CONTROL 最後はボクが笑いたいんだ
「DECONTROL」 CONTROL 「DECONTROL」 CONTROL 最後はボクに笑わせろ
「DECONTROL」 CONTROL 「DECONTROL」 CONTROL ボクは自分に嫉妬する
CONTROL 「激声」 CONTROL 「激声」CONTROL 拡声器が空を飛ぶ
誰の声も聞きたくない…

心、路地裏の片隅に置いてきた 流されて何処かに行ってしまった
雨男 降りしきる不安はファンファーレ

夜明けを待っている 虚しく一人きりで… 寂しく独りきりで…

雨の詩を聴きながら 悩みの中を歩く
微かな願い儚く 届くことを知らない
「誰か傘を貸して下さい。」 雨に風に飛ばされぬように
今夜は誰の為に泣くの空? この心を映し出す…

淋しく激しい雨の中 咲いた綺麗な花
希望の花がほら 水溜りの中で咲いている

悲しみが深ければ深いほどに 同じくらいの幸せが待っているから
迷いを全部捨てて 素晴らしき明日を笑おう…

追伸~
Hello 青空 暗闇 憂鬱 世界 太陽 未来 過去
人間 他人 自分 君 平和 自由 評価
本音 嘘 永遠 夢 命 希望 絶望
規制 混沌 破壊 反戦 孤独 純粋 静寂
朝日 父 母


Gekisei [cri violent]
paroles: Gara
Musique: Merry

Sur le chemin nocturne du retour, les feux rouges, toujours éveillés, colorent les rues, c’est une balade solitaire en pleine nuit

L’homme de la pluie, sa pluie d’angoisse est une fanfare

 

C’est bien trop triste, il ne lui reste plus qu’à en rire. On y peut rien, c’est ennuyant au point d’espérer.

La femme de la pluie, rêve, idolâtre, puis abandonne…

 

Elle attend le lever du soleil. Seule et vide…

 

Tout en écoutant la chanson de la pluie, je marche au beau milieu de ma peine.

Je ne sais même pas si mon faible et misérable désir sera entendu.

« Que quelqu’un me prête son parapluie ». Je n’arrive pas à le lancer au travers le vent et la pluie.

Ce soir, pour qui le ciel est-il en train de pleurer ? Je parcours le chemin glacial, jusqu’à cette rue que je ne reconnais pas…

 

Les gens sont comme des feuilles mortes, ils disparaitront doucement, calmement.

Ce lendemain rit, splendide, faible et si éphémère…

 

C’est une haute société où les vendeuses itinérantes se donnent des airs*, le secret se reflète dans le miroir, avec  un cœur à l’état de chrysalide.

Une salle de dance vide, la lumière de la nuit éclaire les pleurnichards

Un ABC m’échappe, dans un jazz décadent, dans une tonalité de blue

 

« Oh I don’t know ! »,  ce qu’est l’intensité de l’amour

Je n’ai jamais pu l’estimer concrètement, et je ne l’ai même jamais vu

La pluie isole facilement les humains, on a beau attendre, personne ne viendra

 

Silent Killer, met des menottes, silent killer, a les symptômes d’un dépravé

Silent Killer, enfonce ses ongles, Silent Killer, est un avant-gardiste

 

Disctraction, distraction

 

Des scandales plein la tête, j’ai beau crier, le monde ne changera pas

Sick, sick sick sick

Métamorphose, folie, explosion de crane, tu n’es qu’un menteur,  un gentlemen désiré

Le gamin affamé est la fleur de la révolution, Le gamin affamé est la fleur de la révolution

 

Quand on perpétue une illusion d’optique, un jour, ceci devient la réalité

Quand on perpétue une illusion d’optique, un jour, ceci devient la réalité

 

« Decontrol » control « Decontrol » control, Au final, j’aimerais bien en rire

« Decontrol » control « Decontrol » control, Au final, rions de moi

« Decontrol » control « Decontrol » control, Je suis jaloux de moi-même

Control  « cri brutal » control « cri brutal » control, les haut-parleurs parcourent le ciel

 Je ne veux plus entendre la voix de qui que ce soit…

 

Mon cœur, je l’ai déposé dans un coin, dans la ruelle derrière. Il s’en est allé quelque part, emporté (par la pluie).

L’homme de la pluie, sa pluie d’angoisse est une fanfare

J’attends le lever du soleil. Seul, et vide… Triste et solitaire…

 

Tout en écoutant la chanson de la pluie, je marche au beau milieu de ma peine.

Je ne sais même pas si mon faible et misérable désir sera entendu.

« Que quelqu’un me prête son parapluie ». Je n’arrive pas à le lancer au travers le vent et la pluie.

Ce soir, pour qui le ciel est-il en train de pleurer ? Il reflète mon âme…

 

Au milieu de la pluie solitaire et violente, une belle fleur a éclos

La fleur de l’espoir, regarde, elle fleurit dans une flaque d’eau

 

Cette peine est aussi profonde que possible, mais un bonheur tout aussi important m’attend.

Jetons tous nos doutes, et que sourient nos magnifiques lendemains…

 

PS :

Hello, ciel bleu, ténèbres, dépression, monde, soleil, futur, passé, humanité, étrangers, soi même, toi, paix, liberté, valeur, motivation, mensonges, éternité, rêve, vie, espoir, désespoir, règles, chaos, destruction, anti-guerre, solitude, pureté, silence, soleil levant, père, mère.

 

 



* J'ai traduis par "vendeuse itinérante, le mot japonais faisait référence à un marchant de bonbons et de sucreries itinérant, existant surtout sous la période médiévale.

Repost 0
Published by Koto - dans Merry
commenter cet article
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 23:54
Juste pour dire que mon journal n'est pas mort haha
Enfin c'est surtout que rien n'est motivant à traduire en ce moment... J'attend de tomber sur une chanson magnifique, ou une interview bien, qui me donnerait envie de m'y mettre. Vivement le nouveau single de Deg par exemple. 


ジャパニーズモダニスト 

ジャパニーズモダニスト
go madジャパニーズモダニスト 

ウォォォ~なぜあの国だけが強い?
ウォォォ~なぜあの国だけ? 

あの日飛んだ ガレキの上 永久不滅のヘドニスト
スイッチONで 今日も飛びます
弱き自分に「サヨナラ」バイバイ
少年よ今、前に進め 少年よ今、大志を抱け
しっかりと前だけを見つめて
みんなスカイハイで今お逝きなさい 

go madジャパニーズモダニスト
go madジャパニーズヘドニスト 

海よ、太陽よ、地の果てよ、あの空よ
聞こえるか?声が 

海よ、太陽よ、地の果てよ、あの空よ
聞こえるか?声が 

父よ、母よ、妹よ、弟よ
聞こえるか?声が・・・ 

海よ、太陽よ、地の果てよ、あの空よ
聞こえるか?声が

----------------------------------------------------

Japanese modernist

Japanese modernist
Go mad japanese modernist

Oh, pourquoi est-ce que ce pays est puissant ?
Oh, pourquoi ce pays ?

Ce jour là, il a sauté du haut des décombres, l’éternel Hédoniste immortel,
Switch On, aujourd’hui aussi il sautera.
Bye bye « Sayonara » à lui-même, si faible.
Les jeunes, c’est maintenant ! Allez de l’avant ! les jeunes, c’est maintenant ! Ayez de l’ambition !
Regardez fermement vers l’avant.
Tout le monde, Sky high, je vous pris de mourir.

Go mad japanese modernist,
Go mad japanese modernist.

La mer ! le soleil ! le bout du monde ! le ciel !
Vous l’entendez ? ma voix…

La mer ! le soleil ! le bout du monde ! le ciel !
Vous l’entendez ? ma voix…

Père ! mère ! petite sœur et petit frère !
Vous l’entendez ? ma voix…

La mer ! le soleil ! le bout du monde ! le ciel !
Vous l’entendez ? ma voix…


+koto+
Repost 0
Published by Koto - dans Merry
commenter cet article
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 23:06
Voici la traduction de l'interview de Merry dans le foolmate du mois de fevrier 2007 je crois.
 Free Image Hosting at www.ImageShack.us 
Les scans que Silveric m'a gentillement donné ont été pris sur 
http://community.livejournal.com/jrock_scans/
J'ai la sensation qu'il manque le petit debut de l'interview, car ca commence en pleine discussion et sans le début ça n'a absolument aucun sens. Alors j'ai sauté les 2-3 lignes et j'ai commencé à la question suivante.
Sinon interview très interessante, plutôt axée sur leur impressions en Allemagne, mais ce qui vaut l'Allemagne vaut aussi pour la france hein! ^ ^

Si vous voyez des erreurs en rapport avec la version japonaise, comme d'habitude prevenez-moi~

Un moment ou la force de la musique franchit les mers, franchit les frontières, et transcende le mur de la culture……
Le brûlant « Merry CALLing » n’a jamais cessé de résonner.
Many Merry Days #2~PEEP SHOW~ in EUROPE 2006
12/1 Allemagne/Munich ELSER HALLE
12/3 France/Paris LA MAROQUINERIE


[+partie manquante de l’interview+]
Et le jour suivant, avant le concert, la boutique « Neo tokyo » a servie de lieu pour la dédicace, et là-bas vous avez rencontré directement pour la première fois les fans de Merry…. C’était un grand succès !

Nero : Il y avait des jeunes qui avaient la main tremblante à cause de la nervosité, on pouvait bien ressentir l’enthousiasme et les sentiments qu’avait pour Merry les uns et les autres. Juste avant le concert mon cœur battait fort mais c’était quand même super.
Tetsu : C’est vraiment de l’enthousiasme! Il y avait par exemple une jeune fille qui portait un corset avec des motifs de moutons qu’elle avait fait elle-même.
Yuu : Je me demandais si leur sensations seraient différentes, si il y aurait de la nervosité, et je me disais qu’ils étaient plus calme que les fan japonais.

Et s’ils n’ont pas un fort penchant pour l’art? Il y avait beaucoup de personnes qui avaient fait des dessins sur Merry. D‘ailleurs, ce n’était pas des portraits, à un niveau réaliste je veux dire. 

Gara : ah, ils étaient nombreux oui ! Mais en dehors de « Je suis fan de Merry. J’ai attendu votre venue ici » le tout écrit en allemand, il y avait d'autre jeunes qui avaient des sacs avec des badges et des stickers d’autres groupes, et puis j’ai été confondu avec Tetsu san (rires).
Tetsu : oui c’est vrai.  Alors que je m’apprêtais à signer, il y avait la photo de Gara….

Il faut pardonner (rires).

Nero : Sinon Yuu san l’a dit tout à l’heure mais les fans allemands sont moins sur le vif !
Tetsu : Ou bien n’est-ce pas un minimum de courtoisie envers les personnes que l’on rencontre pour la première fois ? ils étaient bien courtois !
Nero : Et puis, il y avait des styles gothiques réussis. Autant le visage que le genre étaient biens, elles étaient classes. 

Par la suite vous vous êtes dirigés vers la salle de concert à Munich où vous êtes restés toute la nuit. En plus de correspondre à vos attentes c’était une grande salle de concert n’est-ce pas ? !

Yuu : Qu’elle soit grande m’a surpris !
Nero : Même concernant ce qui m’inquiétait le plus : le matériel sur place, j’ai été soulagé qu’ils aient répondu à presque toutes nos demandes.
Yuu : En ce qui concerne ma guitare, loin d’avoir des problèmes, le son était meilleur qu’au Japon. Dernièrement lors d’une répétition (pour leur tournée au Japon), je me suis dis « oh tiens… ! » j’étais déçu (rires).
Tetsu : Pour la basse aussi, en Europe le voltage est plus élevé alors le «Doーn !» qu’elle a fait j’ai adoré.
Gara : En ce qui concerne le chant il n’y a rien qui change mais cette fois je n’ai pas eu mon bureau…

Ah, c’était à l’Europe de fournir !

Gara : En premier lieu j’avais dis « qu’on nous prête un bureau de l’école d’en face ! » mais…ils sont super larges ! (rires)

La différence de culture ! (rires). Et juste avant le concert vous avez donnez 4 interview pour les journaux de là-bas.

Gara : Il n’y avait que des journalistes désireux d’en savoir plus sur Merry, ils nous montraient qu’ils voulaient mieux nous connaître, que ce qu’on avait fait avait traversé la mer et que même à l’étranger on nous comprenait. Mais souvent on a dit par exemple « il n’y a pas de barrière de langue dans la musique », mais  je pensais que « c’est sûr qu’il y a une barrière ». Un journaliste m’a demandé «J’aime beaucoup Ringo to uso mais, qu’est-ce que disent les paroles ? », Je me suis dis « ah, les paroles ne lui évoquent rien », c’est bien ça. Quand nous écoutons un groupe étranger, on écoute à la fois le morceau et la mélodie je crois. Mais les paroles mises de côté, si on accorde une valeur à Merry qu’en écoutant le morceau et la mélodie, alors dans ce cas je suis content. J’aime bien les vieilles chansons populaires japonaises, ces compositions et ces mélodies particulières au Japon que j’ai amassé, quand je me dis « Je suis même inspiré par elles »…..Peut-être que réciproquement il doit être facile de faire passer une mélodie et une composition à l’étranger. Plutôt qu’une barrière de langage, ce serait un rassemblement pour écouter la musique ? Ca n’a pas de vraiment de rapport avec le but du morceau, c’est plutôt transmettre directement la force que contient la chanson, la mélodie, ce qui se rapporte à l’émotion...

Puis après avoir fini votre repas du soir, finalement pour Merry approche le premier concert à l’étranger…. Mais au fait ce repas c’était quoi déjà ?
 
Gara : C’était une sorte de pavé de viande….

Aaah ! C’était encore de la viande ! En plus on dit que le bouillon que vous étiez tous en train de boire en vous disant « c’est bon ! c’est bon ! » était en fait la sauce qui allait avec la viande ! (rires). Les gens du staff en face de vous, stupéfait, avaient l’air de se dire « unbelievable »..

Tous : Ahahahahahha (rires).
Yuu : Bien sûr je me disais: « c’est vachement huileux… » mais je buvais ça tout naturellement. (rires)

Mais c’était pas une soupe Tonkotsu ! ! (photo ici ; c’est une spécialité de Kagoshima). Alors en fait ce concert était comment ?

Nero : Tant qu’on n’essaie pas d’aller sur scène on ne se rend compte de rien, ce n’est qu’au moment où on entend les bruits des techniciens qui font les derniers réglages que la salle se remplie non ? « par hasard , on va pouvoir y aller ? » , à partir de l’instant où on pense comme ça, d’un coup le cœur se met a battre plus fort.
Tetsu : En fait, quand on monte sur scène, il n’y a rien qui change par rapport à une tournée au Japon, au niveau des sensations de celui qui joue. Mais les réactions du public qui est devant nous est complètement différent du Japon, et c’était intéressant !
Kenichi : J’ai pensé :« ce n’est pas particulièrement différent du Japon. ». L’harmonie du public où bien le genre de morceaux qui nous rassemble sont différents mais l’émotion dans l’atmosphère où le fait qu’ils soient venu purement pour écouter notre musique…ces choses fondamentales sont communes au Japon et à l’étranger.
Yuu : Bizarrement je n’étais pas nerveux….en fait jusqu’à ce que j’aille sur scène je n’ai pas tellement réalisé. Et en réalité même après être monté sur scène j’ai pu jouer sereinement. En ce qui concerne les différences, ce qu’il en est du Japon je ne sais pas trop, mais j’ai ressenti qu’ils étaient plus libres. Il n’y a pas de règle/code.

Pour le Japon, « Le sentiment d’unité dans la façon de bouger les rassemble » : ce serait ce qui semble le symboliser. 

Yuu : ah, oui c’est vrai. Ce genre de chose doit se trouver au Japon, mais de l’autre côté (Europe) chacun profite librement de la musique de façon individuelle.

Pour le Japon, quand ils sont bien rentrés dans les chansons ils sont plus agités.

Yuu : Honnêtement c’est que notre spectacle attend comme comportement. Je me suis dis :« C’est bien comme ça ! ». (rires)

Nero vous étiez anxieux de parler en allemand au micro ?

Nero : C’est ce qui m’a angoissé le plus ! Je me demandais s’ils me comprenaient bien. Mais juste avant de monter sur scène on m’a plusieurs fois appris comment dire, on m’a même écrit la lecture en Katakana (rires). Avant le concert j’étais nerveux mais bon… J’ai décidé de moi-même de le dire. « Les gens qui nous on tellement attendu sont juste devant nous. On a été demandé, ils sont venu en nous ayant appelé. ». Vouloir faire ce concert avec cette assurance au cœur, inévitablement c’est devenu une confiance en nous même! Pour ce qui est du micro, j’ai eu l’air d’avoir réussi a faire passer quelque chose alors j’étais soulagé, et puis à la fin même si j’ai parlé japonais, ils ont quand même crié kyaa kyaa ! C’est que les fans en face de nous sont doués en japonais ! Je crois avoir remporté un succès par la suite, et pourtant à la fin du concert j’étais surtout soulagé.

Et vous Gara, c’était satisfaisant ? 

Gara : Moi en fait j’étais très nerveux ! j’avais une étrange pression de cette sorte :
 « Comme ils nous ont demandé, on doit leur montrer ici le meilleur concert de Merry. ». Je n’avais pas envie que l’on pense « c’était un bon concert non ? », je voulais laisser un vif impact. Quelque part…Ca ressemblait à la sensation d’un premier concert ! je voulais leur montrer en un coup « ah, Merry c’est ce genre de groupe ! » et ressortir sans remords, j’ai voulu tout donner sans rien regretter. J’ai fais le concert en donnant tout ce que j’avais ! (rires). C’est pour ça que je n’ai pas vraiment vu le comportement des fans. Plutôt que de contrôler les spectateurs, je ne pensais qu’à faire de mon mieux à montrer « voilà je suis comme ça ! », où à me donner moi même. 

Pourtant, même en Europe il y a eu aussi le moment où vous avez, comme toujours, établie un contact via l’écriture.

Gara : J’ai voulu écrire avec des lettres que tout le monde connaissait, mais j’étais :  « aah, je sais vraiment pas… ». Ca fait 5 ans que je suis dans Merry, et c’était la première fois qu’en crachant l’encre ça (les idées ?) ne s’accumulait pas tant que ça. (rires)

Mais d’habitude c’est pas plutôt dessiner à l’encre ? (rires). Ou alors, vous n’êtes pas imprégné par le sens commun japonais qui dit que l’encre ne se boit pas, et de la sorte vous faites passer votre folie de façon authentique ?

Gara : aaah…Heu, je pense que c’était cool d’avoir pu m’exprimer en écrivant en allemand..
Nero : Au micro aussi, comparé à l’anglais il y a eu beaucoup plus de fois où j’ai parlé dans la langue natale (l’allemand). 

Et puis aussi les stars (sous entendu non japonaises) lorsqu’elles arrivent au Japon ne disent pas « Hello Tôkyô ! » mais plutôt « konnichiwa Tôkyô ».

Nero : aah, oui en effet.

J’étais avec le public allemand à l’étage et je regardais, Toute cette foule c’était génial mais entendiez-vous bien leurs voix ?

Gara : Oui bien sûr. J’ai bien entendu leur voix lors de « Japanese modernist » par exemple.
Yuu : Ca faisait plaisir d’entendre leur cris lors du début et de la fin de chaque chanson.


On oublie pas les crédits~
Enjoy~
Repost 0
Published by Koto - dans Merry
commenter cet article

Présentation

  • : KOTOBA FACTORY
  • KOTOBA FACTORY
  • : Journal de traduction par Koto
  • Contact

Pages