Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 20:19

*05/04 : j'ai édité la dernière réponse, j'avais fait une petite faute de compréhension ^^

 

- L'univers et les sentiments contenus dans le mini album -

"The Unravelling", le mini album prévu pour le 3 avril a été enregistré pendant votre période de pause, la deuxième moitié de l'année 2012, n'est-ce pas ? J'ai entendu dire que vous aviez choisi de vous plonger d'abord dans des remakes d'anciens morceaux, afin de vous laisser le temps de rétablir vos cordes vocales. Avez-vous proposé de vous-même des morceaux pour les remakes ?

Kyo : Eh bien... Je ne sais plus s'ils datent d'avant DSS, ou si c'était avant la tournée à l'étranger. Je ne me souviens plus précisément, mais ça faisait quelques années que je disais que je voulais refaire The Final et l'inclure dans un album. Et à The Final s'est ajouté par la suite Kasumi.

 

Quand on parle de remake, on pense surtout au retour à la vie des morceaux que vous ne jouez presque plus en live. Pourtant, The Final est une chanson que l'on a de grandes chances de voir incluse dans la set list, ces derniers temps. Pourquoi vouloir en faire un remake ?

Kyo : C'est une chanson que j'espère pouvoir continuer de chanter encore longtemps. J'aime beaucoup les paroles et la mélodie, mais quand j'écoute la version originale, je trouve qu'il y a beaucoup de nuances non nécessaires à la chanson. Je ne dirais pas que je n'aime pas, mais la personne que je suis devenue aujourd'hui ne peut se débarrasser de l'envie de la refaire. En ce qui me concerne, un vieux morceau devient difficile à écouter, les sentiments et la façon de s'exprimer sont tellement différents. C'est pourquoi j'avais envie de le refaire avec le Dir en grey actuel. On a déjà fait quelques arrangements sur des morceaux en live et c'était bien, mais ça me fait mal au cœur de pas les enregistrer en studio, personnellement.

 

Déjà à l’époque, Kasumi était un morceau que j’aimais beaucoup, avec sa poésie et sa mélodie très japonaises alliées à un son lourd. C’était le premier morceau de ce genre pour Dir en grey, je crois. Je suis très content de que l’ayez ravivée. Quelles étaient vos intentions pour ce morceau ?

Kyo : Je trouve que c’est un morceau qui rend bien l’atmosphère de Kyoto, ma ville natale. On y retrouve bien ma vision d’un univers très japonais ainsi que ma façon de l’exprimer. Alors que c’est un remake, les arrangements et la structure ne changent pas beaucoup, comparés à l’originale. Cependant, j’avais envie de retirer le superflu, et de rajouter d’autres éléments à la place.

 

J’ai été submergé par ces paroles décrivant un paysage et cette chanson teintée de mélancolie. Et en ce qui concerne les autres remakes, lesquels ont été vos propositions et lesquels sont venus des autres membres ?

Kyo : Kasumi, Karasu et The Final étaient mes idées, pour le reste, c’était les autres membres du groupe.

 

Et pour Macabre, de l’édition spéciale ?

Kyo : On avait commencé à discuter d’ajouter encore un tout autre univers, et c’est là que Macabre est naturellement arrivé. Et comme c’est le morceau qui est arrivé en dernier, c’est le remake qu’on a fait en dernier.

 

Lorsque vous faites un remake, vous ne relisez pas vraiment les paroles d’origine, ni même ne réécoutez la version studio, n’est-ce pas ? Pourtant, je pense que cette fois, il y a vraiment des passages ou les paroles et la mélodie d’origine sont vraiment bien mises en valeur.  Les conditions dans lesquelles ces remakes ont été faits sont vraiment différentes par rapport aux autres fois.

Kyo : Nos intentions ont toujours été les mêmes pour tous les remakes faits jusque-là. Cependant, j’avais envie ici de préserver l’univers, les qualités, la façon de s’exprimer et la façon de procéder propres à l’époque où chaque chanson a été créée. On peut dire que c’est la différence entre tous les autres remakes qu’on a fait jusque-là et ceux du mini album. Encore une fois, je n’ai pratiquement pas réécouté les morceaux d’origine. Par contre, j’ai relu les paroles de Macabre, ça faisait longtemps. Je ne pourrais pas récrire un tel univers aujourd’hui, et j’avais vraiment très envie d’exprimer quelque chose de neuf aussi. Ceci tout en voulant  préserver certains éléments déjà présents, malgré tout… Je me suis dit que ça serait bien si je pouvais agrandir l’univers d’une façon plus habile…. Et cet équilibre est, là encore, un point qui différencie ces remakes des autres plus anciens. On peut encore sentir l’ambiance des versions originales.

 

De plus, ce ne sont que des morceaux où le japonais a été écrit avec beaucoup de soin, votre identité y est fortement injectée.

Kyo : C’est vrai que avec le japonais et la façon de m’exprimer, il suffit de changer un seul mot, et la façon de communiquer change du tout au tout, ça peut devenir abstrait, ou encore ajouter de la profondeur et des nuances. Comme je n’ai jamais réussi à communiquer toutes les nuances que j’avais en tête de façon satisfaisante en utilisant une langue étrangère, j’ai envie d’utiliser au maximum la langue que je maîtrise le mieux, pour mettre mes idées en forme. Ça fait longtemps que j’ai ce sentiment.

 

Unravelling, votre nouveau morceau, a été fait en dernier donc ?

Kyo : Le chant a été d'abord enregistré et finalisé sur tous les morceaux, pour ensuite entamer les prises pour la batterie, comme pour Rinkaku. Donc j’ai un peu de mal à me souvenir de la chronologie. Pour moi, c’est déjà un vieux morceau (rires).

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Koto - dans Dir en grey
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : KOTOBA FACTORY
  • KOTOBA FACTORY
  • : Journal de traduction par Koto
  • Contact

Pages