Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 23:15

Partie 5 et fin. Désolée pour le retard :D

 

Cette réflexion a été bien plus forte que la pause que vous deviez prendre, et le résultat se retrouve dans le single et la tournée.

Kyo : Oui.

 

                Vous ne trouvez pas que vous menez une vie un peu compliquée ? (rires)

Kyo : Ce n’est pas qu’un peu ! C’est carrément compliqué (rires).

 

                Pour résumer avec des mots simples tout ce qu’on a dit jusque là, je me dis que ça revient à vouloir aimer et vouloir être aimé, et chérir plus que tout la pureté se trouvant dans cette envie.

Kyo : …

 

                La question va vous sembler bête mais, voulez-vous aimer ? Ou voulez-vous être aimé ?

Kyo : … les deux ? (rires)

 

                Haha, vous ne pouvez pas choisir ?

Kyo : Non, les deux vont toujours de pair. Et j’aimerais avoir les deux tous les jours.

 

                Vous êtes cupide (rires)

Kyo : Non je ne supporte juste pas d’être seul peut être… (rires). Quelque part, c’est vouloir que quelqu’un s’inquiète pour moi. Mais bon, comment dire… je cause beaucoup de soucis aux gens autour de moi, à cause du fait que je veuille autant que possible vivre de façon franche.

 

                C’est aussi un moyen de tester leur amour non ?

Kyo : Oui… et je veux aussi éviter de faire les choses à moitié, inutilement. Donc quand je décide de me lancer dans à fond dans une idée, je blesse quelqu’un, ou il se retrouve à endurer beaucoup. Même si je m’exprime à 100% purement, sans aucune souillure, on ne me pardonne pas pour autant ce que j’ai fait. Mais peut être qu’on pourra déduire qu’il y a un sens à une existence comme la mienne. Et ceux qui l’auront compris pourront peut être m’encourager dans cette voie. Rien que pour ces gens là, j’ai envie de continuer à m’entêter.

 

                Même si vous comptez vous suffire à vous-même, au final il y a toujours à la source une cible, une personne pour laquelle vous créez.

Kyo : C’est peut être vrai. Bien que Je ne pense pas à quelqu’un quand je m’exprime, vous avez peut être bien raison.

 

                                A l’inverse, vous arrivez à ressentir facilement ce que l’autre attend, vous y êtes sensible non ?

Kyo : En effet. J’ai bien conscience de ce qui est attendu de moi. Mais il serait temps d’arrêter de me demander si telle personne va me détester si je fais telle ou telle chose. Parce que je ne veux pas trahir ces fans qui, en tant qu’être humain, n’ont pas de juste milieu, ceux qui vivent à une extrémité.      

 

                Comment est-ce possible de rester soi même quand on est conscient de ce genre de chose ?

Kyo : Oui… C’est pour ça que je pense que je suis vraiment heureux. Beaucoup de musiciens aimeraient pouvoir être comme moi et dire ce qu’ils veulent, s’exprimer comme ils le désirent. Mais quand ce n’est pas ce qu’on attend d’eux du tout, alors c’est impossible au final.

 

                Il faut dire que les personnes autour pourraient ne pas pardonner une telle façon de se conduire, tout simplement.

Kyo : Oui voilà. Mais en ce qui me concerne, j’ai tout à fait la possibilité de le faire. Et j’ai beaucoup de chance selon moi. Peut être aussi parce que c’est quelque chose que je me permets depuis bien longtemps déjà.

 

                Et vous en êtes fier.

Kyo : Oui, et c’est l’une des principales choses qui n’a jamais changé dès le tout premier instant de la création du groupe. Et quand je fais le point, c’est bien une volonté qui n’a jamais faiblie.

 

              Bien entendu, en vous tenant à cette volonté, vous avez payé le prix, d’abord avec votre oreille qui n’entend plus, et ensuite avec vos problèmes de gorge. En arriver à ce résultat prouve que vous avez fait passer en priorité vos sentiments les plus sincères. Je ne crois pas qu’il y ait d’autres chanteurs qui soient montés sur scène, en pensant que de ne pas réussir à chanter n’est pas si grave (rires).

Kyo : (rires) C’est pour ça qu’à l’époque, quand je parlais avec des amis musiciens, on me disait souvent : « non mais… c’est parce que tu t’appelles Kyo que tu peux dire ça… », ou alors : « J’aimerais bien faire telle chose, mais je m’inquiète de ce que les gens vont penser autour de moi ! ». Ce à quoi je répondais qu’il est toujours possible de faire ce qu’on a envie de faire. Et ça m’énervait vraiment quand on me répondait que c’est possible que parce que je suis Kyo. Je leur criais que c’était faux. Que je n’étais pas forcément à faire que ce que j’ai envie non plus.

 

                 Ils ne vous verraient pas comme une personne parfaite, capable de tout faire, par hasard ? Si vraiment vous étiez parfait, alors vous ne seriez pas en mesure de chanter de telles chansons.

Kyo : Je chante pas vraiment (rires).

 

                Je pense que vous êtes carrément plein d’imperfections, mais dans un sens positif je veux dire. Vous êtes de base très fermé, négatif, vous ne vous attachez pas facilement aux gens. Mais vous avez aussi d’autres facettes qui permettent aux autres de pouvoir s’approcher. Et ces parties de vous ressortent beaucoup à chaque fois qu’on a une interview de ce type, même si ce n’est pas l’image que vous rendez au quotidien.

Kyo : C’est vrai. Parce que je ne pas parfait. Quand je suis tout seul, parfois je me dis que j’en ai assez, j’en peux plus. Et ensuite que ça me gonfle. Dans ces moments là, j’ai une autre voix dans ma tête qui ne tarde pas à se faire entendre. « C’est vrai ? tu n’en peux vraiment plus ? ». Et puis au final je me dis qu’effectivement je peux pas me laisser aller. Et c’est un cycle qui se répète.

 

                Votre vie a toujours été comme ça non ?

Kyo : Ca a toujours été le cas. Je suis toujours à me battre contre moi-même de la sorte. C’est pour ça que je suis fatigué.

 

                Et vous en venez à vous pousser un peu trop, comme en ce moment. Mais j’aimerais bien que vous preniez soin de votre gorge (rires).

Kyo : Oui.

 

                Il ne vous reste plus qu’une date pour finir cette tournée, mais d’autres séries de dates vont arriver, et comme toujours vous allez chanter sans pitié pour votre gorge.

Kyo : Bien sûr.

 

                J’ai vraiment trouvé que votre voix sortait bien pendant l’AX, et j’en étais très heureux. C’est pour ça que je n’ai pas envie que vous fassiez exprès de totalement abimer votre gorge en en faisant trop.

Kyo : Non, jamais je ne ferais exprès de me ruiner la gorge (rires).

 

                Malgré tout, je vous demande de VRAIMENT en prendre soin….. mais même si je dis ça, vous ne m’écouterez pas (rires).

Kyo : Oui. Après bien entendu j’applique les soins minimum nécessaires…. (rires). Ca va aller.

Partager cet article

Repost 0
Published by Koto - dans Dir en grey
commenter cet article

commentaires

Child Prey 05/12/2012 12:21

Juste merci infiniment pour cette longue traduction.
Juste superbe, pleine d'émotions. C'était vraiment touchant à lire.
Alors merci pour le mal que tu t'es donnée à traduire tout ça!

GoHatto 04/12/2012 23:27

Merci beaucoup pour la traduction ! Vraiment merci pour ton travail, ça fait vraiment plaisir d'avoir accès à ce genre d'interview. (:

Elle fut vraiment intéressante. Bouleversante aussi. Interview basique du nain. Mais c'était une bonne interview bien complète avec des questions très pertinentes.

Merci encore pour le partage.

Présentation

  • : KOTOBA FACTORY
  • KOTOBA FACTORY
  • : Journal de traduction par Koto
  • Contact

Pages