Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 02:02

Partie 4 sur 5 (J'ai jamais autant écrit le mot "expression" de ma vie :I )

 

Quand vous vous plongez dans l’expression du soi,  baigné de cette pureté, vous pensez pouvoir entrevoir quelque chose ?

Kyo : …. Entrevoir quelque chose…..

 

                Entrevoir, ou plutôt, est-ce un moyen de sauver le côté mauvais en vous ?

Kyo : …. Oui. Je crois que ça me sauve un peu. Dans la vie en règle générale, on doit faire quelque chose pour quelqu’un, et cette personne rend la pareille à quelqu’un d’autre par la suite. Je pense que c’est comme ça qu’on construit une société.

 

                C’est une société bien idéale.

Kyo : Oui. En vérité, nous ne faisons jamais rien vraiment pour les autres. Et c’est aussi vrai pour moi. Mais avec un message exprimé d’une façon qui est 100% moi, avec des sentiments purs, j’espère pouvoir toucher quelqu’un. Ainsi j’aurais l’impression d’avoir pu atteindre ce noyau en lui, tout aussi pur. Cette personne pourra à son tour faire une action pour quelqu’un d’autre autour d’elle, avec un sentiment sincère, ainsi une troisième personne sera  touchée… Au final, je pourrais me dire que ma vie aura eu un peu de sens, si j’arrive à faire ce genre de chose.

 

                Donc, votre vie aura un sens si, en faisant ce que vous aspirez à faire de façon sincère, vous pouvez aussi atteindre quelqu’un, pour qu’ensuite cette personne  utilise la même démarche afin atteindre quelqu’un d’autre.

Kyo : Oui. C’est pour ça qu’il est essentiel d’être sincère dans sa démarche d’expression. Et je déteste tout le côté commercial de la chose. En particulier tout ce qui touche à la télévision en ce moment, ça me donne envie de vomir quand je vois ça. Je me demande ce qu’ils fichent.

 

                Ah bon ? Hum, je voudrais changer de sujet à présent et commencer à parler de votre single. Je le trouve vraiment très mélodieux. Pourquoi sortir un tel single pile à ce moment là ?

Kyo : Tout simplement parce que c’est le morceau qui représente le mieux l’idéal musical de Dir en grey aujourd’hui. Pas de grain de folie, juste un feeling très naturel. Enfin j’anticipe un peu.

 

                Oui. Je trouve que quand on entend ce morceau, on sent le groupe vraiment en très bonne forme.

Kyo : Aah…

 

                Pour utiliser des mots plus simples,  c’est parce que le groupe est uni qu’il a pu produire un tel morceau. C’est une mélodie où l’aspect « pur » de Dir en grey ressort vraiment bien. Qu’en pensez-vous ?

Kyo : De base pour ce nouveau morceau, tout a commencé par une histoire que j’avais déjà en moi. J’en ai parlé aux autres membres du groupe, en leur expliquant quel genre de feeling m’attirait et on l’a composée. Mais on n’était pas du tout d’accord sur le résultat. On a tenté beaucoup de choses mais à chaque fois on sentait qu’un truc clochait. On a finit par se dire qu’on allait retirer tout ce qui était inutile et recommencer, de façon plus naturelle. A partir de là, le refrain est rapidement arrivé et on a senti que c’était vraiment la bonne, cette fois.

 

                Ca doit être difficile de sortir un tel single lors d’un tel timing. Ca doit être porteur de beaucoup de sens. Et ceux qui vont écouter vont le sentir.

Kyo : Ah… oui c’est vrai.

 

                Mais ceux qui l’ont créé aussi doivent le sentir non ? Comme vous dites Kyo, on y retrouve ce qui fait la franchise d’un groupe comme Dir en grey. Un groupe qui est capable de jouer de si belles mélodies et chansons.

Kyo : C’est par hasard cela dit…

 

                Il n’y a que le contenu des paroles qui ne change pas. Vous chantez sur l’éphémère, la fragilité de la vie. L’Anitya. Pour résumer en quelques mots, ne pas pouvoir aller de l’avant, ne voir aucun avenir.

Kyo : En effet.

 

                Autrement dit,  chanter de telles paroles juste après vous être réunifiés, c’est un peu triste non ?

Kyo : Pour moi, le thème ne change pas de d’habitude. Je ne l’ai pas fait exprès pour coller au retour du groupe. Mais je reconnais que ce sentiment négatif coïncide avec l’arrivée de la chanson.  J’ai tenté de changer d’angle. Je crois qu’on peut entrevoir une ambiance différente par rapport à mes anciens textes. Je me suis posé quelques challenges, en allant sur un terrain nouveau.

 

                Vous pensez que les paroles de cette chanson sont différentes de toutes les autres ?

Kyo : La façon d’écrire les paroles même… les mots utilisés n’ont jamais été aussi faciles à comprendre.

 

Elles sont relativement concrètes oui. Le vocabulaire et la langue utilisée…

Kyo : Oui. Mais ce n’est pas pour autant qu’on comprend réellement en lisant seulement les paroles. Je pense qu’une fois la lecture terminée, une image reste, un quelque chose. La façon de choisir mes mots est différente de d’habitude, j’ai plus que jamais réussi à faire coller à la musique les images et les mots qui dépeignent le mieux mon idée. Et je crois bien que c’est nouveau pour moi.  J’ai l’impression d’avoir relevé un nouveau défi.              

 

Les paroles donnent facilement des images extrêmement banales du quotidien.  C’est par exemple, des paroles qui pourraient être chantées n’importe où dans le monde. Tout aussi hétérogène que les photos allant ce numéro.

Kyo : Je pense que chacun peut vraiment y voir un lien avec son propre quotidien, après avoir écouté le morceau. Mais on repart avec un vague à l’âme. Le ciel est incroyablement bleu mais les couleurs ont comme changées, c’est devenu sinistre. Ce n’est pas franchement une atmosphère étrange, mais il y a un quelque chose de tordu, en quelque sorte.

 

                En gros, l’auditeur peut s’attendre à ce que ce soit un morceau auquel il est facile de s’identifier. Si on compare avec les autres morceaux de Dir en grey. Bien entendu, le thème est également négatif, mais vous chantez à propos d’une « Fin », alors que vous venez juste de reformer le groupe.

Kyo : Je n’ai pas écrit dans le but que les gens s’identifient, mais le résultat fait que c’est possible. Les paroles sont assez facilement compréhensibles. Et on peut noter aussi qu’il est plus facile d’entrer dans les paroles, la porte menant à celles-ci est plus grande. Je pense qu’il est plus facile d’entrer en profondeur dans notre univers, de cette façon.

 

En effet. Au final, ce morceau permet de montrer votre personnalité de façon plus évidente.

Kyo : Oui c’est vrai. Je communique de façon plus simple ma... personnalité… je crois… ?

 

N’importe qui peut y voir que la personne qui a écrit ces paroles est quelqu’un de considérablement pur.

Kyo : Et bien… je crois (rires).

 

Vous exprimez cette partie de vous qui se trouve à la racine, à l’aide de mots simples et d’un son mélodieux, et c’est ça le « Rinkaku » (note : Le contour, les grandes lignes). C’est la première fois que vous exprimez votre personnalité de façon aussi claire via un unique élément, les paroles. Ce morceau laisse transparaître l’image de qui est Kyo.

Kyo : C’est vrai.

 

Et pourquoi est-ce dans cette chanson, selon vous ?

Kyo : Peut être… parce qu’à l’intérieur de moi c’était la seule chose possible, à ce moment précis.

 

Ah, pourquoi ?

Kyo : Peut être parce que la seule urgence pour moi était d’écrire des paroles aussi honnêtes que ça ?.... J’avais parlé de challenge tout à l’heure. En fait, ces paroles sont à la poursuite d’un idéal. Autrement dit, il y a une séparation entre l’idéal et la réalité.

                Et on se retrouve coincé entre les deux.

Kyo : Oui. Enfin, peu importe comment c’est compris et ce qu’on peut en penser, je laisse l’auditeur en décider. Mais… j’aimerais bien qu’on se dise que cette personne a cherché à relever un défi, qu’elle a recherché un idéal. Si j’avais juste une chose à transmettre, ça serait juste ça…

 

                Et la force de cette idée déferle sur nous à l’aide de mots simples.

Kyo : Vous trouvez ?

 

                C’était le cas pour AX, l’Osaka jo hall, le Budokan aussi, à chaque fois que j’ai entendu la chanson, je me suis dit qu’au final, vous poursuivez un idéal de relations humaines vraiment élevé. Et plus on regarde et plus on se rend compte de la profondeur du fossé entre cet idéal et la réalité, et on finit par avoir des idées noires…

Kyo : Ah oui…

 

                C’est peut être pas ce que vous vouliez voir ni même montrer, mais au final c’est ce qui ressort, indépendamment de toute volonté. Et en plus, je reste sur ma faim malgré tout, j’en veux encore.

Kyo : Oh je vois…

 

                Je pense que vous chantez à propos de cette douleur précisément, et la sensation que malgré celle-ci, on continue de rechercher un idéal. C’est un peu comme quand on parlait plus tôt du « vous » mauvais, en dehors de la musique.

Kyo : En effet. Et c’est pour ça qu’au fond de moi je reste toujours en conflit. Je suis un bon à rien, mais j’ai quand même envie de me rapprocher de mon idéal. Et je n’aurais envie d’abandonner pour rien au monde, et parce qu’on est en vie, c’est une attitude très importante à adopter selon moi. Le plus important, ce n’est pas d’atteindre son idéal, mais c’est cette attitude, celle de vouloir tout faire pour y arriver.

 

                C’est ce qu’on appelle aller de l’avant, parce qu’on est en vie.  Et cet esprit positif devient aussi une motivation pour vous de continuer de vous tourner vers l’expression de soi.

Kyo : Oui. Bien entendu, je ne me pardonne pas le fait d’être aussi loin de mon idéal, mais abandonner cette poursuite serait bien le pire que je pourrais avoir en moi. Peu importe combien de fois je rate, combien de fois je chute, combien de fois je me blesse. Je veux quand même être quelqu’un qui se rapproche de son idéal. C’est la seule partie de moi que je peux pardonner, que j’estime. J’ai l’impression que l’expression  entre autre est à la source de tout.

 

                En effet.

Kyo : C’est pourquoi j’ai envie de continuer encore et encore à poursuivre cette quête, sous la forme de l’expression de soi.  

Partager cet article

Repost 0
Published by Koto - dans Dir en grey
commenter cet article

commentaires

squallkyo 25/11/2012 23:30

Interview très intéressante :) Merci pour la traduction

Kyoko 25/11/2012 22:06

Je te remercie pour cette traduction ! Tu rends la lecture fluide, on voit encore la qualité de traduction. Félicitation.
Interview très intéressante ceci dit :o

Présentation

  • : KOTOBA FACTORY
  • KOTOBA FACTORY
  • : Journal de traduction par Koto
  • Contact

Pages