Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 00:22

Voici Ruten to tou, soit la chanson de la fin du monde :D

Je conseille particulièrement la version unplugged pour cette chanson. La mise en valeur du chant et la musique illustrent très bien les paroles.

 

PS : j'ai changé l'ordre officiel du texte, pour qu'il colle à l'ordre d'apparition dans la chanson. Je comprends pas pourquoi c'est aussi mélangé sur le booklet.

 

Notes :

 

*décadence : "Runen" veut dire autant "changement" que "évolution" et pour finir "vicissitude". Tous ces concepts sont inclus dans le même mot....

 

*apôtre/apôtre de la Mort: Au début, "shito" se traduit par apôtre. Le mot "shito" revient à la fin et je n'ai pas pu le traduire de nouveau par apôtre, car l'ortographe a été changée.

La syllabe "shi" a été écrite avec le kanji de la Mort.

J'avais le choix entre traduire littéralement "avec la Mort", ou "l'apôtre de la Mort" (mêlant les deux concepts qui ont crée le jeu de mot), ou même "La Mort", de façon directe (en choisissant de penser que le concept de la Mort était plus puissant que le mot "apôtre")....

J'ai choisi "apôtre de la Mort".

 

 

 

 

 

La tour de la décadence*

 

Un passé de vagabondage reflétant les échos, l’apôtre* observe une vérité aux pulsations irrégulières.

Les rayons du soleil sans fin sont aussi éblouissants que cruels

 

Tout en enlaçant la pomme tombée de ses synapses sensuelles

Je rencontre maintenant son regard

Tout en enlaçant ses larmes, il me semble, dans une chimère sensuelle

Il protège ses oreilles du son de la pluie

 

Gods of Rapture

Le ciel !

 

Les rayons du soleil sans fin sont aussi éblouissants que cruels, et dans un futur bourdonnant,

Tu  ne pourras pas regarder en arrière

 

Mind

Suis du doigt la rosée venue de l’océan de la Mort, s’enfonçant dans les fondations du drapeau ondoyant

Ton sternum se lamente et s’ouvre

 

Good day

Am I the Magnificent Humanitarian

Who shall sound the broken bell?

 

L’exaltation agite la furie de reconstruire

Si le fait de savoir garder le silence avait pris racine en nous, nous déchirerions les hauts cieux, et y grimperons à l’aide de lierres

Cette gentillesse qui brouille l’ordre établi que

Les enfants de la Nature, et la terre où les tokarev frappent par accident,

Se réincarnent en insectes tout aussi suspects que paisibles

N’est-elle pas de l’orgueil ?

 

Prend la main de la fleur de l’égarement

Un passé de vagabondage qu’il refuse d’oublier, l’apôtre de la Mort* observe une vérité aux pulsations irrégulières

Les rayons du soleil sans fin sont aussi éblouissants que cruels, et dans un futur bourdonnant, même toi

Tu ne pourras pas regarder en arrière

Wake up

Partager cet article

Repost 0
Published by Koto - dans Dir en grey
commenter cet article

commentaires

Elsa 14/08/2011 17:53


Un grand merci pour cette traduction, aussi belle que cette chanson!


Koto 15/08/2011 15:25



Merci pour ce commentaire


Cette chanson termine bien l'album je trouve :)



Pochi 10/08/2011 11:35


Magnifique chanson, la plus belle du cd pour moi.
J'aurais aimé qu'ils la fasse au concert hier soir mais non.
Merci pour la trad.


Koto 11/08/2011 11:15



Oui moi aussi j'ai croisé les doigts sans trop y croire. Une chanson qui termine bien l'album


J'espère que tu as passé un bon concert malgré tout


Merci pour le commentaire :)



kuroda 09/08/2011 05:45


Merci beaucoup pour ton travail, vraiment.
Grand moment cette chanson, autant la version album que l'unplugged. J'ai hâte de voir ce que ça donnerai durant un one-man.

Merci encore.


Koto 11/08/2011 11:16



Merci de ce commentaire !


Moi aussi cette chanson m'a beaucoup marquée, surtout depuis que je comprends mieux les paroles.



Présentation

  • : KOTOBA FACTORY
  • KOTOBA FACTORY
  • : Journal de traduction par Koto
  • Contact

Pages