Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 17:29

Voici la partie 2. Et une toute petite partie 3 va bientôt arriver.

 

C’est peut-être grâce à l’énergie que dégage votre basse Toshiya. Mais bien que ce soit des sons graves, les vibrations de votre basse arrivent vraiment à amplifier l’agressivité du son.


Toshiya : Je vous remercie !


En fait, après avoir écouté « Warushawa no gensou », j’ai écouté pour la première fois le morceau original. Et on y ressent bien l’étrangeté, la folie… je trouve que votre cover est vraiment magnifique. Et puis, toute la compilation est très intéressante de toute façon.


Toshiya : Oui, toutes les covers sont biens.


Et c’est Yuki qui arrive juste après DIR EN GREY, dans l’ordre des chansons. J’ai trouvé ça intéressant.


Toshiya : Je crois bien que c’est Endou Michirou qui a choisi l’ordre des morceaux lui-même non ?

Die : Je suis content que ce tribute soit arrivé pile au bon moment pour nous. Car il y a des petites allusions qui mènent à notre propre album.


Et quelles sont ces allusions ? 

 

Die : Et bien… dans la façon de faire la musique. Mais je crois qu’on était pas encore en phase de préparation de l’album d’ailleurs…


Avant de parler d’album, vous allez déjà sortir le single LOTUS, fin janvier.


Die : C’est un single très typé DIR EN GREY.

Toshiya : C’est un morceau qu’on a composé de façon très naturelle. Et bien entendu, nous avons relevé de nouveaux défis encore une fois. On a voulu faire un morceau mélangeant les mélodies de l’ancien DIR EN GREY, avec le côté heavy que nous avons actuellement.


Je pense que « Hageshisa to.. » est une mélodie facile a retenir, presque pop. Et de l’autre côté, je trouve que LOTUS est son exact opposé. Je trouve que ce morceau titille l’imagination de l’auditeur. Le contraste entre les sons graves et les sons aigus est magnifique. Vous avez soigné la mélodie n’est-ce pas ? Les arpèges sont aussi très beaux.


Die : Nous avons été très minutieux sur cette partie. On a fait très attention à la place de la guitare dans la mélodie, qui est le centre de tout.


Votre basse est proche de la mélodie,Toshiya.


Toshiya : En effet. En fait, le chant est venu en tout premier dans la composition. Et on a tous fait les riffs en fonction. C’est un morceau dont l’étendue (de notes) est très importante. Je pense pas qu’on ait déjà eu un autre morceau avec une étendue aussi large, entre les aigus et les graves.


Y-a-t-il des choses qui vous ont particulièrement posé problème quand la composition de LOTUS ?


Die : On l’a enregistré vers le printemps dernier. C’est un morceau qu’on a composé dans le cadre de l'album. Franchement, les autres morceaux nous ont pas mal causé de difficultés, alors LOTUS en comparaison… Les autres sont carrément plus complexes en termes de sons (rires).


C’est Jason Sueco qui s’est occupé du mixage de LOTUS. Il s’est occupé de groupes que j’apprécie beaucoup, comme DEVILDRIVER, CHIMAIRA…  Qu’est-ce qui vous a décidé à lui confier le mixage de votre single ?


Toshiya : Sa façon de tout assembler peut-être. Il garde un côté lourd. Il insiste joliment sur la différence entre les notes. Et cela colle très bien à notre morceau.

Die : C’est un critère pour décider à qui confier le mixage de notre album…


Encore en période de mixage ?


Die : Oui. Le mixage n’est pas terminé. Les échanges avec  l’étranger sont assez fastidieux. Et quand on parle de choses bien précises, chacun dans son dialecte… On utilise aussi internet pour communiquer. Et là ça devient compliqué de transmettre telle ou telle nuance… On a eu énormément d’échanges. Et puis, un moment donné, des riffs de guitares manquaient etc… (rires).

 

 

OBSCURE a aussi été arrangée à l’occasion du single mais c’est un morceau que vous avez joué déjà beaucoup de fois en concert. Et c’était déjà différent par rapport à l’original.


Die : C’est un morceau qu’on n’a jamais cessé de jouer en concert. Même à l’étranger. Et c’est comme ça que la chanson s’est modifiée petit à petit. Elle a évoluée avec notre tonalité actuelle, et ça a donc été facile pour nous de la refaire. Par rapport à l’original, le son est bien plus lourd et grave. On a réussi à préserver l’univers de base, et les nouveaux arrangements l’ont intensifié.

Toshiya : Comme on avait déjà une base sur laquelle travailler, c’était assez facile. C’est un morceau qu’on jouait déjà, et les idées venaient spontanément. C’était beaucoup plus facile que de créer un nouveau morceau.

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0
Published by Koto - dans Dir en grey
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : KOTOBA FACTORY
  • KOTOBA FACTORY
  • : Journal de traduction par Koto
  • Contact

Pages