Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 12:36

L'interview est tirée du site Gekirock. C'est la première partie, et deux autres sont à venir. C'est à l'occasion de la sortie de Lotus.

 

 

Dir en grey a enchainé les concerts en 2010, je souhaiterais revenir rapidement dessus. Vous avez mis fin au monde d’Uroboros au Budokan, et 6 mois plus tard, vous voilà de retour avec la tournée « The unwavering fact of tommorow tour 2010 ». Cette tournée n’avait aucun thème particulier, avez-vous noté une différence dans la façon de l’appréhender ? Comparée aux tournées étant justifiées par la présence d’un album.


Die : Après avoir bâti l’univers d’Uroboros au Budokan, on est revenu aux racines et on a pu faire confronter des morceaux venant d’Uroboros avec d’autres, en dehors de ce cadre. Et à force de changer l’ordre des morceaux, et de faire des tentatives dans diverses salles, on en est arrivé à pouvoir mettre en valeur les émotions contenues dans chaque morceau.

Toshiya : J’ai senti qu’on avait davantage de liberté, qu’on était un petit peu moins enchainé, car on avait fini par tirer le rideau sur Uroboros, lors du Budokan. Jusque là, on était motivé par l’envie d’exprimer Uroboros ! Et cette envie n’a pas disparue pour autant, on était vraiment impliqués dans cette tâche, c’est donc un peu comme une délivrance d’en avoir fini.


Vous avez aussi sorti et joué sur scène plusieurs anciens morceaux remixés.


Die : C’est difficile de jouer de vieux morceaux. Simplement, il y a des chansons qui sonnent bien juste en les jouant avec nos arrangements actuels. Et de l’autre côté, il y a les autres qui ne passent pas vraiment. Notre vision du temps, notre façon d’appréhender ce rythme dérangeant…  On crée une atmosphère lourde…  Alors que les morceaux d’origine sont plus énergiques. On a trouvé l’occasion de se les réapproprier avec notre sens du rythme actuel et à cette vitesse soutenue qui est la notre maintenant.


En effet. Dans le single que vous allez sortir, on pourra trouver Obscure de l’album VULGAR, dans une version arrangée. J’aimerais rentrer plus en détail sur le sujet. Mais avant ça, j’aimerais vous parler de la tournée à l’étranger que vous avez fait. Vous avez pour la première fois joué en Russie. Parait-il que l’air conditionné n’a pas marché, et les conditions ont été difficiles.


Die : Il a vraiment fait chaud. Il semble que les conditions météo étaient particulièrement anormales. D’habitude, il ne fait pas aussi chaud en Russie. Des feux de forêt se seraient déclenchés à cause de cela. Quand on est arrivé à l’aéroport, tout était blanc opaque. Je me demandais pourquoi il y avait autant de fumée. Il fallait deux heures en voiture de l’aéroport jusqu’à l’hôtel, et nous n’avions pas la climatisation. J’ai donc ouvert la fenêtre et à ce moment, toute la fumée s’est engouffrée dans la voiture (rires). Notre matériel a été retardé sur la route aussi, on a du attendre, et on a du patienter dans la voiture sans avoir de quoi s’hydrater… c’étai vraiment de la survie en fait. Et pareil pour la salle de concert. A la base, comme c’est un pays froid, ils sont équipés en chauffage, mais rien pour refroidir une salle. On était moite et en sueur. Le son aussi s’en est trouvé modifié également.


C’était vraiment difficile pour vous alors…


Die : On avait l’esprit embrumé. Ca m’a rappelé le passé en fait. Le temps où on faisait nos concerts en temps qu’indies, dans ces petites salles.

Toshiya : Mais on a bien senti que les fans nous attendaient, comme c’était la première fois qu’on venait, et c’était super.


Vous avez ensuite fait une tournée en commun avec APOCALYPTICA, ça vous a plu ?


Die : C’était une super tournée. On a pu passer du temps ensemble. APOCALYPTICA passait en second, le public venu pour les voir a donc apprécié notre performance. Et l’inverse aussi.


APOCALYPTICA , tout comme DIR EN GREY, a une identité musicale particulière. Ce sont des artistes qui s’expriment via une musique qui se démarque des autres, leur musique doit vous parler n’est-ce pas ?


Die : Il y a une ambiance forte, ils créent tout un univers. C’est un groupe américain dont bien sûr, ils ont tendance à produire des sons assez massifs (rires). Mais je pense que nos univers ont des points communs.


Lors d’un concert d’APOCALYPTICA, Kyô a chanté un morceau sur scène. Qu’en avez-vous pensé en voyant ça ? C’est une bonne chose de voir Kyô chanter sur une autre scène que celle de DIR EN GREY.


Die : Depuis qu’on a crée le groupe, je crois que c’est la première fois… C’était génial. Il s’est bien intégré à APOCALYPTICA et a chanté. Et il a bien interprété la chanson aussi.


Ensuite, vous avez joué au LOUD PARK 10 en octobre. La dernière fois que vous y avez joué remonte à 4 ans. Si on compare avec votre ancienne prestation, on peut dire que vous avez été plutôt bien reçu par les spectateurs présents.


Die : Honnêtement, il y a 4 ans, les autres se demandaient un peu ce qu’on fichait ici. Et ayant gardé cette impression en tête, je me disais que ça serait probablement pareil  cette année. Pourtant, une fois sur scène, on a ressenti une plutôt bonne énergie.


A propos de votre apparition sur l’album « Romantist-THE STALIN- Endou Michirou Tribute album »… Vous avez joué « Warushawa no gensou ». Le morceau d’origine est assez effrayant non ?


Die : Parce que cette chanson a une sacrée amplitude. Je crois qu’on n’a pas eu de mal à se l’approprier, car elle nous correspond bien.

Toshiya : A partir du moment où nous avons parlé de faire ce tribute, nous avions décidé de montrer notre respect en la refaisant « à la Dir en grey ».

Die : Oui. On s’est impliqué dans les arrangements et la musique, autant que si c’était un nouveau morceau de notre groupe.


Vous avez encore baissé de tonalité n’est-ce pas ? Encore plus bas que « hageshisa, kono mune… » ?


Die : C’est sur une 8 cordes. Ca serait donc un « low E ». C’est le plus bas où nous sommes descendus.


La dernière fois que je vous ai eu en interview Die, vous m’avez dit que le fait que votre guitare empiète de plus en plus sur le terrain de la basse rendait les choses assez compliquées pour Toshiya.


Toshiya : Pas facile hein (rires).

 

A suivre...

Partager cet article

Repost 0
Published by Koto - dans Dir en grey
commenter cet article

commentaires

Laage 12/03/2011 18:51


Oui Die... Apocalyptica, des américains... de Finlande, c'est bien joué xD


Miyu 13/01/2011 16:20


Oui j'ai vu ^^
C'est sur que c'est mieux de le faire en plusieurs fois, et on attends de connaitre la suite avec impatience aussi xD
J'ai hâte de savoir ce qu'ils disent sur LOTUS *-*


Miyu 13/01/2011 13:58


Ah oui, c'est du rapide effectivement ^^

Merci =D


Koto 13/01/2011 14:54



Oui enfin c'est que la premiere partie ! :)


Je découpe parce que sinon, ca va faire un bloc massif, pas terrible quoi...


La je traduis la partie où ils décrivent Lotus.. ca donne envie !


Merci du commentaire ^^



Présentation

  • : KOTOBA FACTORY
  • KOTOBA FACTORY
  • : Journal de traduction par Koto
  • Contact

Pages