Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 01:15

Rooh ça fait du bien d'updater sa traduction en moins de 2 minutes... c'est nouveau pour moi. Bref! La suite! la suite!


Interview Toshiya - GIGS décembre 2008

Vous vous êtes rajouté des obstacles à vaincre, en temps que bassiste dans l’album, et dans la façon de faire la musique aussi, non ?

Toshiya : Je voulais faire des riffs qui ravivent les compositions. Chaque partie contient une approche, et la basse dedans ne doit pas gêner. Il ne doit pas y avoir de friction, ou un truc du genre (rires).

Je vois ce que vous voulez dire. Cette fois, la guitare et la batterie attaquent avec des riffs très divers. Il faut réfléchir à quelle approche donner à la basse.

Toshiya : En clair, oui c’est ça. Je pense qu’il faut faire quelque chose qui fonctionne en temps que groupe, mais tout en incluant ce que j’ai envie de faire.

Vous êtes allé jusqu’à la forme ultime en ce qui concerne les parties où vous supportez le morceau et le son. Parce qu’il y a aussi des parties où c’est la basse le noyau du morceau.

Toshiya : Peut être. En fonction des morceaux, j’ai une façon de jouer voyante, et c’est aussi le cas quand je ne joue pas, ça fait partie de mon jeu.

A quel moment fixez vous le son de basse ?

Toshiya : C’est en tout dernier dans le mastering. On décide d’abord du son des guitares et de la batterie, et en tout dernier la basse. Et comme on voulait pour cette fois, quelque chose de propre, je pensais qu’il fallait mieux ne pas avoir un son trop bas. Mais une fois mis en forme, ça faisait vide. On a envisagé refaire le mastering. Et j’ai demandé à avoir un son bien plus grave.

A la base, vous aimez un son de basse bien contrasté non ?

Toshiya : Cette fois ci, oui c’est un son contrasté.

Pourtant, la partie " claire " du son a été effacée, pour laisser sortir les ondes des riffs au son grave.

Toshiya : C’est ce qu’on a cherché à faire pour certaines parties. J’ai eu envie d’avoir une approche différente par rapport à avant. Arrêter d’avoir un son clair, pour aller vers un son qui prend au ventre. Mais, il y a déjà les guitares qui sortent sur une fréquence basse. La basse ne peut pas descendre aussi bas, alors je me contente de la zone au dessus. Et puis, quand la batterie attaque avec un kick, je mêle la basse et grâce à ça, on a un large éventail de sons. On a un éventail moyen seulement pour la basse.

Pour en revenir aux riffs, il y a eu aussi des changements. On dirait que vous avez intentionnellement raccourci votre Obli (obligato bass ?) avec lequel vous avez utilisé les frettes les plus hautes.

Toshiya : En effet. Il n’y en a pas tant que ça. Ca dépend des morceaux mais lorsque j’ai ajouté l’obli avec des " frettes hautes ", c’était dans l’intention de mettre en valeur la guitare. Je ne peux donc pas trouver les mots de façon précise, mais c’est peut être vraiment l’exemple d’une basse calme. C’était quelque chose de très intéressant pour moi malgré tout. Comparé à The marrow of a bone, il y a plus de variations.

Par exemple, il y a du slap dans Stuck Man, des riffs en unisson avec la batterie…

Toshiya : Oui ! Mais je ne dois pas jouer trop de basse (rires). Cette fois ci, c’est du simple, il ne faut pas trop en faire, mais tout en s’affirmant. Je pense être dans cette direction.

La basse construit l’ensemble d’une ambiance. Les riffs où il y a le bruit de frettes est plutôt efficace dans la chanson Vinushka.

Toshiya : Ce n’est pas le bruit de frettes, c’est une distorsion ajoutée puis retirée. C’est pour ça que la basse passe au travers brusquement. Dans tout les cas, j’ai eu envie de supporter les morceaux, faire un bon album. C’est pour ça que j’ai fais le point sur mes capacités, et j’ai choisis de faire quelque chose de simple. J’exagère mais, on pourrait dire que ça ressemble aux principes d’arts martiaux. Comme si j’utilisais la force de mon adversaire. Comme Hokuto no ken en fait (rires).

C’est un surhomme ça  (rires). Par Ware yami tote, la simplicité est facile à saisir. On se demande jusqu’où vous allez étirer votre son, où vous allez le couper. Et finalement là où tout devait se transformer en riffs, vous vous retirez. Vous fabriquez une ambiance sur toute la chanson. Ah.. quel jeu !

Toshiya : Vous avez aimé (rires) ? Je suis content. Le meilleur effet avec la basse, c’est la pause. Dans le fait de cesser le son, il y a le fait de casser la vibration, et d’en recommencer une autre. Ca peut décider d’une ambiance pour une chanson. C’est intéressant, la basse.

Vous avez une ligne de basse vraiment mélodieuse.

Toshiya : Oui, mélodieuse. J’ai toujours aimé les lignes de basse qui chantent. Je voulais faire chanter ma basse d’une façon différente par rapport à avant. C’est pourquoi je suis très content que vous ayez noté ce détail.

Dans Inconvenient ideal, on ressent bien la ligne mélodieuse. Doukoku to Sarinu est une chanson agressive et pourtant votre basse reste mélodieuse.

Toshiya : En effet. C’est un instrument qui permet d’être mélodieux tout en marquant un rythme. Et j’ai envie d’aller et venir dans les deux directions. Dans Stuck Man, je me rapproche du côté rythme de l’instrument. Dans Doukoku to Sarinu, je fais les deux. Alors que je construis une mélodie, je dresse un mur en coopération avec la batterie. Et pour le final, il y a un riff qui monte rapidement. Dans Vinushka, avec toute ses phases, j’ai choisis de ne pas faire trop de riffs changeants. Le chant est le principal, et la guitare crée la mélodie. La batterie occupe le noyau de la chanson, et la basse doit être là pour fortifier, mais à côté. C’est pour ça que j’ai choisis de ne pas inclure de riff trop présents et énergiques.

C’était une épreuve pour vous, pour arriver jusqu’à cette approche ?

Toshiya : Plutôt qu’une épreuve, c’était plein de souffrances oui (rires) ! Red soil était aussi une souffrance. Même si ma basse est absente dans le premier couplet, je me disais " n’en fais pas trop ". Mais ça ne se limite pas qu’à cette chanson, c’était partout un lot de souffrances. Je pense aussi parfois qu’il faut que ça claque mais, écouter un groupe où toutes les parties sont changeantes… ça doit être pénible (rires). J’ai voulu du simple, mais pour moi, c’est une approche qui m’a permis d’ouvrir de nouvelle choses. C’est par la basse que j’ai réussis à le faire.


+koto+

Partager cet article

Repost 0
Published by Koto - dans Dir en grey
commenter cet article

commentaires

jossiel 24/06/2009 03:16

Le mec qui se retient presque d'en faire trop et de partir en trip.. c'est énorme!
Merci pour la trad!

Koto 28/06/2009 01:48


Oui! C'est tjour comme ça dans ses interviews! j'adore!
Et ce que j'adore aussi, c'est que je comprend jamais ce qu'il dit!! Ca me remet en place quant à mes capacités dans la langue lol


Kenshi 25/11/2008 20:24

Ah, je reviens sur le journal et je vois cette trad :D

Merci beaucoup. D'ailleurs, bizarrement, j'ai compris ce qu'il voulait dire. Enfin, je l'avais déjà ressenti dans les chansons. Mais je suis trop novice y mettre des mots ^^'

Koto 26/11/2008 01:26



Ben moi j'avais pas ressentie, mais je trouve sa façon de parler de son instru très belle et c'est une belle philosophie de bassiste. A prendre en exemple je pense ^^



Garden 20/11/2008 23:52

mais geniale ce site!, des traductions précises les derniers interview merci !

(j'suis celui qui avait demandé de traduire Itoshisa Ha Fuhai Nitsuki encore merci!)

Koto 21/11/2008 15:07



Ah oui oui je me souviens ^^   Ces interviews étaient pas si longues, alors je me suis dis que je pourrais les faire vite fait puisque j'ai le temps!


Merci du commentaire~



epice 19/11/2008 13:59

comparer son jeu à "Hokuto no ken" ... du toshiya quoi!
je vais m'arretez la pour les interview et aller le mettre en boucle l'autre là (UROBOROS)
je vais deguster je le sens
QUE DOIS JE DIRE POUR TE FAIRE SAVOIR QUE T'AS TOUTE MA RECONNAISSANCE???

Koto 19/11/2008 22:44


Que dire? Bah que tu continuera à lire mon journal me fera plaisir lol
Sinon une cargaison de bières par la poste m'ira aussi, mais là on sort du domaine des mots :p

Merci bcp pour tout tes commentaires! Ca fait plez en rentrant de la dur journée de labeur ^.^


Child Prey 17/11/2008 12:25

Hu hu hu oui! Enfin là faut que je m'y remettes, je m'étais mise en pause musicale!lol
Ah peut-être! J'ai 10 ans pour arriver à son niveau alors!XD
Kisu

Présentation

  • : KOTOBA FACTORY
  • KOTOBA FACTORY
  • : Journal de traduction par Koto
  • Contact

Pages