Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 23:58
Voila, fatalement je met ma version de Glass skin. J'ai regardé après la version officielle anglaise, je vois qu'on est d'accord à 80%, pour une fois. En même temps, les paroles ne sont pas si complexes que ça grammaticalement. Disons qu'il a fait bien pire. Toujours est-il que c'est un immense plaisir de traduire Kyo, il a vraiment une très belle plume, et je pense que ça se ressent dans la qualité de la traduction (c'est pas tjour la faute du traducteur si la traduction est pas jolie!!! non mais...)
 

GLASS SKIN

ブレ始めた視界
ガラスの空、風の色
独り流れているメリーゴーランド
手を振る
後ろめたさより どことなく薄れた声
明日自分を置き去りに眠る

喜劇の涙より誰よりも儚く
奪われるまま汚れるまま
ココに…

一夜明けた暗い朝に窓を額に見立て
眠る肌起こし濡れた絵に手を伸す
春が川に散らす命ユラユラ何所へ行く?
重たく閉ざした扉に手をかける
パレードの亡骸 静けさが今日も俺を
眠らせない真実と笑う

喜劇の涙より誰よりも儚く
奪われるまま汚れるまま
ココに愛を…

おどけて踊る四季がどこまでも痛く
奪われるまま汚れるまま
差し出す夢に溶けて

I bleed as my way of compensating everything to you
How heavy is blood?
Happiness and sadness lies too close
生まれてくる明日の手は純粋そのままで
涙で君がもう見えない

喜劇の涙より誰よりも儚く
奪われるまま汚れるまま
ココに愛を…
君を見下ろせる一つの観覧車
ただ崩れ行く旋律さえ
甘く綺麗で怖い
浅い言葉より太陽にさらされた
影が焼け付く心に触れ


----------------------------------------------

Glass skin

Ma vue qui se brouille
Le ciel de verre, la couleur du vent
C’est un tourbillon qui se déroule de lui même
Je fais signe de la main
Par ma culpabilité, quelque part ma voix s’est épuisée
Demain je m’abandonnerais au sommeil*

C’est plus éphémère que quiconque, que n’importe quelles larmes de comédie
En train d’être dépossédé, d’être sali
Juste ici…

Une sombre matinée qui succède à la nuit, et j’assimile la fenêtre à un cadre
Mon corps s’éveille et j’étale ma main sur l’image toute trempée
Le printemps offre à la rivière une vie éparpillée, elles tournent, elles tournent, et où vont-elles ?**
J’empoigne la lourde porte fermée
Les cadavres de la parade se rient de moi et du fait que
Aujourd’hui encore, cette quiétude m’empêche de dormir

C’est plus éphémère que quiconque, que n’importe quelles larmes de comédie
En train d’être dépossédé, d’être sali
Juste ici…de l’amour !

Ces moqueuses saisons dansent, elles persistent à me blesser
En train d’être dépossédé, d’être sali
Et elles se mêlent aux rêves que je leur présente

I bleed as my way of compensating everything to you
How heavy is blood?
Happiness and sadness lies too close
La main qui naîtra dans les jours à venir sera pure, telle qu’elle est
Je ne peux déjà plus te voir, à cause de mes larmes

C’est plus éphémère que quiconque, que n’importe quelles larmes de comédie
En train d’être dépossédé, d’être sali
Juste ici…de l’amour !
Cette grande roue me permet de te voir d’en haut
Elle va seulement s’effondrer, et même cette mélodie est
Si douce et belle qu’elle m’effraye
Bien plus que des mots futiles, les ombres exposées sous le soleil
Touchent mon cœur qui se consume.

 


 
Notes du traducteur:

1/"Demain je m’abandonnerais au sommeil"
(Asu jibun wo okizari ni nemuru)

Je voulais juste souligner que j'ai été embêtée pour traduire dans un premier temps. Selon mes connaissances dans la langue, il existe une expression >okizari ni suru. Elle veut dire "abandonner quelque chose". Sauf que Kyo change seulement le dernier mot. Il remplace suru (faire) par nemuru (dormir). C'est une sorte de jeu avec la langue, d'où le fait qu'il marque une pause avant de dire "nemuru"? On ne s'attend pas forcement à ce verbe. Donc, pour traduire, il faut faire une sauce avec le fait qu'il abandonne, et qu'il dorme. Pas facile.

2/"Le printemps offre à la rivière une vie éparpillée, elles tournent, elles tournent, et où vont-elles ?"

J'ai vu que dans la traduction anglaise, il écrit directement "blossom". Mais j'ai trouvé dommage de traduire directement, puisque Kyo ne dit pas le mot. Il contourne le terme "Sakura", avec du vocabulaire qui ne laisse absolument aucun doute sur le sujet. Mais quand même... j'ai voulu respecter le style. Donc, quand il parle de vie éparpillée, il parle des fleurs de cerisiers qui s'éparpillent en tombant sur l'eau. "Elles tournent" se réfère donc aux pétales.
Et je pense que "les cadavres de la parade" est encore une métaphore pour parler des pétales.
 


Je commence l'interview de Kyo dans gigs... alors "stay tuned" comme dirait les américains d'amérique

-koto-
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Koto - dans Dir en grey
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : KOTOBA FACTORY
  • KOTOBA FACTORY
  • : Journal de traduction par Koto
  • Contact

Pages