Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 23:56
TIrée de Barks.jp
Petite interview pour la sortie de Glass skin. Ralala ça me manquait des interview d'eux. C'est court mais mignon. Et puis ça permettra de saisir l'état d'esprit de la chanson.
Inutile de dire que les paroles suivront très prochainement

PS: j'ai appris qu'il y avait une version anglaise, je précise que je l'ai traduit du japonais. Je veux pas qu'on me traite de voleuse...



11 mois après Dozing green, voilà qu’arrive Glass skin. Le nouveau single que depuis le mois de mai vous jouez systématiquement dans le cadre de la tournée Tour 08 death over blindness.

 

Kyo : En effet. Mais franchement, je ne me souviens plus vraiment.

C'est-à-dire ?

Kyo : Je ne garde pas beaucoup de souvenir de cette tournée. C’est pourtant selon moi la tournée avec la plus haute moyenne en terme de qualité (d’achèvement), mais dès lors qu’elle se termine, je suis déjà dans l’état d’esprit où j’ai envie de passer à la suite. Tout de suite après, j’avais déjà la tête remplie de toutes les idées pour le nouvel album. A la base, je ne suis pas le genre à me retourner sur le passé (rires). Enfin, au premier abord, c’est une chanson où c’est « facile de rentrer dedans ». Elle est facile à comprendre. C’est simplement qu’elle passe sans effort, et petit à petit, des parties de la chanson vont dévoiler un tout autre ton.

Toshiya : Et lorsqu’on la joue sur scène, c’est un morceau agréable. Les parties différentes du reste, ou alors même les parties qui n’évoluent pas tant que ça. Sur ce plan là, il n’y a pas de partie particulièrement excitante mais, tout part d’un sentiment complètement naturel.

Dans toute l’histoire de Dir en grey, ca ne serait pas le morceau qui est facile à classer dans une catégorie ? Bizarrement, ça serait pas la volonté de « composer l’inverse » (par rapport à d’habitude), ou alors de briser les attentes

Toshiya : Non, on a voulu ce morceau dans une mouvance naturelle. Ce n’est même pas un morceau qu’on avait fait pour qu’il devienne le single.

Shinya : Le Quand il a fallu qu’on se décide pour savoir quel morceau deviendra le single, tout le monde a pu donner ses avis. Et a ce moment précis, on ne pouvait même pas encore appeler ça une chanson (de part son niveau d’avancement). Mais par coïncidence, tout le monde s’est dit : « et si on tentait le coup avec celui ci ».

Toshiya : A l’époque où je me disais déjà : « c’est vraiment un morceau agréable », je ne pensais même pas à composer à contre courant par rapport à d’habitude. Je m’y suis plongé de manière totalement franche (avec naturel). En vérité, c’est souvent difficile de pouvoir se plonger avec autant de simplicité dans un morceau, à cause du timming (rires), mais selon moi, pour cette fois là, tout était dans le sentiment le plus naturel, le plus simple.

Kyo : Je ne suis pas du tout dans l’optique de me dire : « Si on faisait ça, ça serait du nouveau non ? » ou alors « et si on sortait un morceau qui aurait rien à faire dans un single ! ». Ce genre de mauvaises pensées qui me font horreur… Là, on voulait seulement présenter le son qu’on avait envie de faire, on a réussi à faire une ambiance toute nouvelle alors on veut la faire écouter. Et il n’y a vraiment que ça qui a compté.

Le titre Glass skin comporte un symbole. Celui de la fragilité, l’éphémère. Ce genre d’interprétation est-elle possible ?

Kyo : En effet. Quelque chose de facile à briser. Quelque chose de tout à fait humain. Pour donner un minimum d’explication, le thème que je chante ici est celui de la destruction de l’environnement. Ce n’est pas une chanson d’amour. D’habitude je ne raconte pas mais bon (rires). J’aime pas le fait de faire la morale, ou de prendre un ton explicatif.

Shinya : Je pense que le titre en lui-même raconte bien l’ambiance du morceau.

Ca se complète bien avec la musique. Il y a aussi une nouvelle version de « Undecided », de Kimon. Ensuite, une version panio voix de Agitated screams of maggots unplugged.. Et dans la version limitée, il y aussi une version live de Ryojoku no ame.

Toshiya : On a déjà eu l’occasion de jouer Undecided en version unplugged en 2007. Et on s’est tous dis : « si on devait faire cette chanson maintenant, c’est comme ça qu’elle serait devenue ». A l’enregistrement, on a voulu quelque chose de simple.

Shinya : Pour ce qui est de la version live, il était possible qu’on ait loupé quelques notes et ça peut être un problème. Il n’y a rien de plus à dire, on voulait quelque chose mettre quelque chose de neuf.

 Et pour la version complètement choc de ASOM ?

Toshiya : Tout simplement énorme (rires).

Kyo : Et bien, il faut vraiment l’écouter pour savoir. Tout ceux qui l’ont écouté m’ont demandé la même chose : « comment t’as fait ? » (rires).

Alors ? c’est un secret de fabrication ?

Kyo :  Oui (rires).

Et donc, en parallèle de la tournée Tour 08 the rose trims again, il y a le 12 novembre la sortie de UROBOROS.

Toshiya : Franchement, tant que la tournée n’aura pas commencée, je ne serais toujours pas dans l’état d’esprit. Entre la montagne de chose qui reste comme les derniers préparatif de l’album, et tout les incidents autour… (rires). Mais bon, je reste impatient de la faire. Ainsi que la tournée aux US en novembre.

Kyo : Encore une fois, on a quelque chose de neuf à présenter. Je pense qu’on a fait quelque chose qu’on ne trouvera pas autre part dans le monde. Alors venez nous voir.

 

 

Et dire qu'ils jouent en ce moment tout près, mais reservé au fanclub... uhuhuh
+koto, toujours en direct du Japon+

Partager cet article

Repost 0
Published by Koto - dans Dir en grey
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : KOTOBA FACTORY
  • KOTOBA FACTORY
  • : Journal de traduction par Koto
  • Contact

Pages