Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 23:49

Je commence par poster la page 1 et 2. Je suis en train de continuer la page 3 et je compte découper l'interview par tranche de deux pages à chaque fois. Alors la prochaine fois je posterai la page 3 et 4.


Happiness of nothing, the assembled and neck

Il nous a demandé de lui-même de rassembler des questions.
On a réunis des questions du staff de la production qui reflètent bien le Kyô actuel, mais aussi des questions sur l’année mouvementée qu’a été 2007, plus des questions diverses et variées.
Cette interview a été réalisée le 25 décembre 2007, juste avant son entrée en scène.

Page1
 Enchanté !

Kyo : De même.

 Votre dernière interview remonte au volume 32 (septembre 2006), pourquoi avez vous voulu remettre ça ?

Kyo : Euh de façon brute comme ça, c’est un peu dur de répondre (rire gêné)… il n’y avait pas d’autre journal à qui j’avais envie de parler.

 Bien sûr !

Kyo : Ce n’est pas que j’aie envie de parler, mais plutôt qu’il n’y avait pas de journal à qui je voudrais éventuellement parler.

 Il n’y en a aucun au Japon vous voulez dire ?

Kyo : Non, c’est partout pareil dans le monde.

 Pas même des programmes télévisés ?

Kyo : Non (de façon très tranchée).

 Il va sûrement y avoir des questions que j’ai déjà posé la dernière fois….

Kyo : Aucun problème.

 Votre voix tantôt tranchante, tantôt « death voice » s’exprime via des cris qui ressemblent à de la colère. Est-ce qu’ils reflètent votre état mental ?

Kyo : Tout est de la colère.

 Récemment, qu’est-ce qui vous a vraiment mis en colère ?

Kyo : … (il respire un coup) Il y en a trop, je ne sais plus.

 Entre deux morceaux lors d’un concert, vous faites des cris (« voice delay ») qui ressemblent à une prière, à ce moment précis à quoi pensez-vous ? Et qu’exprimez-vous ?

Kyo : A quoi je pense….? « Le vide ».
Qu’est ce que j’exprime….? « ce que je ressens au fond de moi »

Pendant les concerts, vous fixez un point précis parfois, à quoi pensez-vous à ce moment là ?

Kyo : je ne me souviens pas.

 Parmi tous les concerts de 2007, quel est l’endroit où vous étiez le plus à l’aise ?

Kyo : hein ? Dans cette tournée ? COAST.

 En une année entière ?

Kyo : J’adore COAST. Hatch aussi je l’adore.

 Comparé à d’autres groupes, vous semblez tous oublier votre corps quand vous jouez de la musique… Quand vous faites un concert, d’où vous vient cette force d’esprit et cette force physique ? Faites-vous un travail sur vous pour arriver à ce résultat ?

Kyo : On exprime nos sentiments, mais on ne fournit aucun effort. Vous fournissez un effort lorsque vous êtes en colère ? Ce n’est plus de la colère alors, non ?

 Oui mais lorsque vous êtes fatigué, même si vous ressentez de la colère, tout retombe un peu non ? A ce stade, vous ne prêtez même plus attention à la colère.

Kyo : Lors de moment triste, vous êtes triste ? Même si vous n’y prêtez plus attention, ça sort quand même de cette façon, pour moi.

 Les 7days avec Deftones vous ont-ils demandé beaucoup d’énergie physique ?

Kyo : Non pas du tout. C’était un One man show surtout. Et puis même sans force, même si ma voix est affaiblie…Tant que ce que je fais rentre dans mes objectifs fixés, peu importe. Oui c’est ça, peu importe.

 A quoi pourrait-on vous comparer lorsque vous êtes sur scène ?

Kyo : Euh… à quoi ?…. « Moi ».

 Que ressentez-vous lorsque vous jouez un nouveau morceau pour la première fois en concert ?

Kyo : Je n'y ai jamais réfléchis.

 Du stress ? Quand vous faites quelques chose de différent par rapport à ce que vous avez l’habitude de chanter par exemple ?

Kyo : Mais il n’y a pas tellement de différence car on est dans le fait de s’exprimer. Après il reste juste la question d’être habituée ou pas à l’exercice. A part cela, c’est tout à fait pareil.

 Vous avez commencé une tournée pendant la sortie de l’album The Marrow of a bone. C’était une tournée pour un album qui rassemble toutes les chansons que vous avez joué au compte goutte en concert. Certains membres du staff ont dit : « Il vous faut avoir joué plusieurs fois certains morceaux pour en être bien imprégné, que ça demande du temps ». Alors, est-ce vraiment dur la première fois ? Le temps de bien ressentir la progression de la chanson...

Kyo : Non… ce n’est pas spécialement difficile de ressentir l’atmosphère de la chanson. Mais bon, au fil du temps, la façon de faire change, la saveur de la chanson change, quelque chose dans le genre je crois…

  Vous arrive-t-il en concert de ne pas réussir à rentrer dans l’univers du morceau ?

Kyo : Oui à cause de l’ordre des chansons, ou encore lorsqu’un abruti n’arrive pas à comprendre l’ambiance.
En général pendant un concert, lorsque je suis de mauvaise humeur c’est à cause d’une des deux raisons.

 Ah en effet (rires gênés).
Vous arrive-t-il de perdre la conscience d’être en plein concert, sur scène ?

Kyo :En effet.

 De quelle manière le réalisez-vous dans ces moments là ?

Kyo : Au fil de la chanson, ou encore le fossé entre ce qui est exigé de moi et ce que j’ai envie de faire par exemple.

 Et dans quel état vous retrouvez-vous ? Vos mouvements etc.… ?

Kyo : Je ne sais pas. J’exprime celui que je suis vraiment.
C’est ça faire un concert non ? Si je me freine, alors il y a une tension, ça revient à se forcer et je n’aime pas ça. Je veux me donner de manière franche.

 Il y a déjà eu des miracles sur scène ?

Kyo : Qu’entendez-vous par miracle par exemple ?

 Comme réussir à pousser votre voix comme vous l’espériez ?

Kyo : Ca ne m’arrive pas tellement. Quelque fois « les dieux » descendent me voir je crois (rires).

 Les dieux ?… C’est arrivé plusieurs fois cette année ?

Kyo : Pas tellement (petit rire).

Page2

 C’est arrivé pendant votre tournée aux Etats-Unis ?

Kyo : Aux Etats-Unis… ? Je crois oui.

 C’était d’assez petites salles je crois, et je me souviens vous avoir vu vous asseoir sur un canapé, tout en sang et vous disiez « aujourd’hui il est venu plusieurs fois ».
La dernière fois, je vous avais posé la question suivante : « si vous aviez libre choix, quel type de mise en scène et quels décors prendriez vous ? », Et vous avez répondu « quelque chose de simple ». Vous l’avez effectivement expérimenté, et qu’en avez vous pensé alors ?

Kyo : hum ? Je ne sais pas. Je ne me vois pas moi-même d’un point de vue spectateur…

 En effet (rires)

Kyo : (rires) Parce que c’est vrai non ? Ce qui est fait est fait, et comme je ne suis pas le spectateur je ne sais pas. Quel était le rendu… ?
 
 C’est plus simple de s’y intégrer ? (dans un décor sobre je suppose)

Kyo : Non, ça n’influe pas sur les choses que je fais. Je ne change rien à ce que je suis. J’ai plutôt envie de demander moi-même : « comment c’était ? »

 Vous voulez demander aux autres ?

Kyo : Enfin, même si je dis ça, pas vraiment… même si j’écoute l’opinion de quelques personnes, je ne pourrais rien en faire (rire gêné)

 Vous vous imaginez dans un éclairage rouge ?

Kyo : Non pas vraiment. …. Une fois encore, notre couleur principale est rouge, et peu importe quel rouge c’est, si c’est trop clair alors je n’aime pas ! Je n’aime pas quand ça brille dans tous les sens et qu’on voit tout.

 En parlant de ça, pour la dernière tournée de cette année, la scène était dotée d’une toile de fond et d’images diffusées dessus. Parlez nous de la signification très provoquante de cette ambiance et de l’ambiance qu’aura la scène l’année prochaine.

Kyo : Pour ce qui est de la tournée actuelle et celle juste avant, ainsi que l’ambiance et l’ambiance de toile de fond… tout ceci se rapproche vraiment de très près de ce que je recherche, du point de vue sur le monde que j’ai envie de donner. Je crois que pour le prochain album j’aurai envie de creuser un peu plus cette ambiance… Enfin c’est une envie personnelle. Oui, c’est pourquoi je vais creuser plus loin.

 Pour cette tournée, vous avez utilisé de la vidéo en fond. Avec les ambiances sur le thème de la « lune », ou du « soleil », il y avait des clips qui défilaient ou alors il y avait deux grands motifs qui se partageaient l’écran… Qu’est-ce que vous préférez ?

Kyo : Ce n’est pas la question… En fait, « telle » image arrive quand je dis « telle » chose. Donc peu importe. Il faudra que l’image correspondre à ce je dise. Là, on a joué Macabre, et… les choses que je voulais faire à l’époque, j’ai pu les appliquer à ce moment là. On s‘est posé la question de savoir si les images derrière moi n’étaient pas mieux en faisant plutôt de telle sorte ? Quelque chose de plus simple à comprendre aussi par exemple. Est-ce que c’est nécessaire ? Etc…. En fait, encore une fois il faudrait demander à des tiers personne leur avis.

 Courant 2007 jusqu’à aujourd’hui, vous avez changé de style. Par exemple vous vous êtes habillés en survêtement. Pourquoi cela ?

Kyo : On me pose souvent la question dans les courriers qu’on m’envoie (rires).

 Et donc on vous la pose de nouveau ici,

Kyo : Et bien, je crois que c’est une bonne question. Pourquoi ça… ? Je dirais que « peu importe ».
On a envie de se battre en nous exprimant, avec nos morceaux et notre atmosphère, et seulement ça. C’est ce qu’est notre groupe aujourd’hui, et je fais tout ce que je peux. On a essayé de s’emparer d’un coup de toutes les autres choses superficielles. On défend notre groupe comme ça, et on veut quelque chose qui nous convienne à tous. Oui, faire en sorte que ce soit nos idées le principal. Pour cette tournée entre autre, j’ai quand même porté des vêtements ordinaires, tout en continuant de porter parfois mon survêtement certains jours. Et au final on me demande souvent dans des lettres si c’est à cause du fait que je n’ai plus d’intérêt pour la mode. Je me demande… ? Je n’ai plus aucun intérêt ? Je me pose des questions. Et puis, sur le fait que je sois plus à l’aise pour bouger n’a aucun rapport je crois. Et personnellement… je dirais « j’avais envie de porter un survêt’ » voilà tout.

 Récemment comment se porte votre voix ?

Kyo : Là elle va bien mieux. Mais il y a encore 3 jours à peine, à Osaka, elle s’était détériorée. En rentrant à Tôkyô, Tommy m’avait invité à boire un coup, et je n’ai pas pu boire de l’alcool parce que ma gorge souffrante me l’en empêchait. Et tout prêt de notre pièce privée, plein de gens fumaient, et on ajoute à ça l’air conditionné dans la pièce… je ne pouvais plus parler. Et comme tout le monde était en train de boire et qu’il aurait été impoli de refuser, alors j’ai quand même bu une bière. Cette bière et le tabac ont fait que ma gorge s’est vite abîmée. Voilà tout.

 C’est vrai ! ?

Kyo : C’est vraiment ce qu’il y a de pire je crois. Mais le troisième jour du COAST était la soirée ou j’ai été au mieux de mes capacités, je me sentais bien. Ce jour était celui où ma gorge me faisait le plus mal mais c’était quand même super, et ça n’a rien à voir avec ma voix. Et ceux qui ont assisté au spectacle m’ont dit que c’était bien, alors que ma voix était mal en point.

 En effet au début on a pu se dire « tiens.. Sa voix paraît affaiblie », et puis à la fin on y prête même plus attention.

Kyo : D’habitude on dit du chanteur qu'il n’a que sa gorge pour instrument, et il n’en a qu’un seul. Mais moi, je ne considère pas ma « voix » comme un instrument. C’est tout mon corps l’instrument, alors si ma voix flanche, je peux toujours utiliser un autre instrument non ?

 Vous vous dîtes que vous possédez bien d’autres instruments en stock si les autres se brisent en fait !

Kyo : Oui c’est ça. Si votre bras droit se fonctionne plus, vous avez toujours le bras gauche pour manger non ? C’est pareil.

 Votre Best of est sorti, avec tous vos titres remasteurisés. Quel titre fort vous a particulièrement marqué ?

Kyo : je ne l’ai pas écouté alors je ne sais pas

 Dans le cadre de la set list de cette tournée, vous avez inséré un peu de Kasumi avant un autre morceau. Dans ce contexte, il n’y a pas d'autres morceaux profonds qui vous reviennent en mémoire ?

Kyo : Ca serait tous alors… j’aime Kasumi.

 Que pensez vous du fait que Dir en grey joue actuellement des morceaux tirés de Gauze et de Macabre ?

Kyo : …Ce que j’en pense ? Je n’ai pas d’opinion.

 En revanche vous avez des réticences ?

Kyo : Oui il y a des morceaux où je suis réticent. Parce qu’ils sont trop différent de l’ambiance actuelle par exemple …

 Et cela concerne aussi les morceaux choisis pour le best of ?

Kyo : Oui… bien sur. Il n’y a pas de morceau contre lequel je sois fortement opposé, mais il y a des morceaux dont je ne veux pas.

 Au final, il y a aussi des chansons que les autres membres ne désirent pas ?

Kyo : Et bien… je me demande. On n’en pas parlé précisément en fait. 

 D’après une enquête auprès des spectateurs, il y a du monde qui voudrait entendre Yurameki.

Kyo : Il peuvent acheter (les autres albums et singles) s’ils veulent. S’ils achètent l’album Gauze, le titre y sera. Il y a plein de chansons dans les albums non ? Alors pourquoi est-ce qu’on ne met que des singles dans les best of ? C’est débile non ? (rire dégoûté). Je ne veux pas qu’on m’impose des idées fixes et personnelles.

 En effet !
Vous avez passé la barre des 10ans, qu’imaginez vous pour le futur du groupe et vous-même ?

Kyo : Rien.

 Est-ce que vous correspondez à ce que vous vous imaginiez devenir 10 ans plus tôt ?

Kyo : Et bien… je ne sais pas. Je ne pense pas énormément à moi de la sorte. Je ne me suis pas dis « je veux être comme « ça » dans 10 ans », mais je me rapproche du chanteur que j’ai envie de devenir.

 Aaaah… Et pensez vous à vous dans 10 ans ?

Kyo : Ca ne m’intéresse pas alors non je n’y pense pas.

 Et en ce qui concerne Dir en grey dans 10 ans ?

Kyo : Ca ne m’intéresse pas. On se donne à 100%, 120% dans ce qu’on peut faire actuellement, où alors on pense au futur album, mais je ne me projette pas 10 années en avant. Même si je me posais la question de savoir à combien d’album on en sera dans 10ans, notre vision du monde sera forcement bien différente, alors je ne peux pas savoir n’est-ce pas ? Si j’ai du temps pour penser à ceci, alors je préfère penser au 120% que j’ai envie de donner maintenant.

 Pensez vous du bien de ce que vous avez pu faire il y a 10 ans plus tôt ?

Kyo : On peut dire qu’il y avait du bon, mais aussi du mauvais… enfin, à la place de « mauvais », je devrais plutôt dire…. Hum… que selon mes goûts actuels, il y a des choses qui ne vont pas.

 Mais vous n’avez rien envie d’effacer ?

Kyo :Il y a bien des parties que j’aurais envie de complètement faire disparaître.

 Je vois.
Il vous arrive de considérer un live comme « achevé » (satisfaction ? )

Kyo : J’ai toujours ce sentiment de satisfaction. Je ne sais pas, sinon…Récemment je dirais les trois jours au COAST. Je n’ai pas encore chanté la date de ce soir mais bon… Probablement.



Il y a sûrement deux trois fautes de frappes, je m'en excuse ^^

-Koto-

Partager cet article

Repost 0
Published by Koto - dans Dir en grey
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : KOTOBA FACTORY
  • KOTOBA FACTORY
  • : Journal de traduction par Koto
  • Contact

Pages